WATTEL Anne

100_1560 - copie
Enseignante agrégée de lettres modernes au lycée Mousseron de Denain.

Docteur en langue et littérature françaises.

Thèse :

Robert Merle, écrivain singulier du propre de l’homme.

Sous la direction de madame Nelly Wolf, soutenue le 25 mars 2016 devant le jury composé de :

  • M. Yves Baudelle, Professeur à l’Université Charles de Gaulle-Lille 3, Président.
  • Mme Irène Langlet, Professeure à l’Université de Limoges, Rapporteur.
  • M. Luc Rasson, Professeur à l’Université d’Anvers, Belgique, Rapporteur.
  • Mme Nelly Wolf, Professeure à l’Université Charles de Gaulle-Lille 3, Directrice.

Mention obtenue : très honorable avec les félicitations du jury.

Contact : annesw@wanadoo.fr

PUBLICATIONS

Ouvrage collectif

  1. « La souffrance de l’animal dénaturé chez Robert Merle », [Dans :] Desblache Lucile (dir.), Souffrances animales et traditions humaines : rompre le silence, Dijon : éditions universitaires de Dijon, 2014, p. 187-197.

Revues à comité de lecture

  1. « Robert Merle théoricien et praticien de la politique-fiction », ReS Futurae [En ligne], 7 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2016, URL : http://resf.revues.org/795
  2. « Un havre au cœur de la débâcle. Zoom sur la roulotte dans Week-end à Zuydcoote de Robert Merle », [Dans :] Fictions de guerre, textes réunis par Marie Hartmann, revue Elseneur, no 29/2014, Presses Universitaires de Caen, 2014, p. 85-98.
  3. « Le charisme messianique d’Emmanuel dans Malevil, de Robert Merle », Voix Plurielles, Vol. 10, no 2, 2013, [en ligne], dernière consultation le 5 octobre 2016, http://brock.scholarsportal.info/journals/voixplurielles/article/view/864
  4. « Quand ouvrir sur la fin, c’est commencer par clore… Malevil, de Robert Merle », [Dans :] Fins du monde, Cahiers ERTA, no 4, Wydawnictwo Universytetu Gdańskiego, Gdańsk : 2013, p. 95-107, [en ligne], dernière consultation le 5 octobre 2016, http://cwf.ug.edu.pl/ojs/index.php/CE/issue/viewIssue/39/101

Autre revue

  1. « La mort est mon métier de Robert Merle : l’œuvre à contre-courant », Tsafon – Revue d’études juives du Nord, no 72, automne 2016 – hiver 2017. À paraître, décembre 2016.

Communications dans des colloques internationaux avec actes

  1. « Webster et Robert Merle. Du White Devil à Flamineo : revisiter le théâtre de l’effroi », proposition de contribution retenue pour le Congrès 2017 de la Société Française Shakespeare – « Shakespeare et la peur » – du 12 au 14 janvier 2017.
  2. « Destination Madrapour : l’en-quête de sens. Le sol, l’insolite et le Sol », colloque international du cerli, « Mobilités dans les récits et les arts visuels du fantastique et de la science-fiction. XIXe-XXIe siècles : quête et enquête(s) », 20-22 novembre 2014, organisé par Patricia Crouan-Veron et Arnaud Huftier, IUT Sénart Fontainebleau. Actes à paraître.
  3. « Déliance et reliance, derrière la vitre de Robert Merle », 7e colloque de l’edits « La France des solidarités (Mai 68 – Mai 81) », organisé par Nelly Wolf et Djemaa Maazouzi en collaboration avec Dominique Viart, Université Charles-de-Gaulle Lille 3, 13-15 mai 2014. Paru [Dans :] La France des Solidarités, (mai 1968 – mai 1981), Textes réunis par Nelly Wolf et Djemaa Maazouzi, avec la collaboration de Dominique Viart, Revue des Sciences Humaines, no320, Lille : Presses Universitaires du Septentrion, 4/2015, p. 69-80.
  4. « Des animaux doués de raison ? Du vrai et de l’imaginé dans le roman de Robert Merle », Colloque international « Histoire(s) naturelle(s) des animaux dans la littérature française (XXe-XXIe siècles) », organisé par Alain Romestaing et Alain Schaffner, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, 5-7 février 2014. Actes à paraître.

Invitation à des séminaires

Séminaire Genre et Société du LARHRA (ENS de Lyon, 5 février 2015) animé par Michelle Zancarini-Fournel : « La misandrie dans le mouvement féministe (Scum manifesto, etc.) entre histoire (Colette Pipon) et littérature (Anne Wattel) ». Dans ce cadre, un article non publié – « De l’étalon, au hongre… à la braguette à l’allemande. Les Hommes protégés de Robert Merle, un laboratoire de déphallocratisation audacieux » – et une communication – « Les Hommes protégés de Robert Merle, un féminisme au masculin ? »