Imprimeurs et libraires de la Renaissance. Le travail de la langue

imprimeurs-et-libraires-de-la-renaissance-le-travail-de-la-langueNous avons le plaisir de vous annoncer la parution la parution du premier volume de la série « De lingua et linguis », issue du projet ANR-DFG « Eurolab » (Univ. de Lille – LMU München, 2010-2013) Imprimeurs et libraires de la Renaissance. Le travail de la langue. Sprachpolitik der Drucker, Verleger und Buchhändler der Renaissance. Coordination éditoriale de Elsa KAMMERER, Jan-Dirk MÜLLER. Librairie Droz, Travaux d’Humanisme et Renaissance, 2015.

  • IBSN : 978-2-600-01836-4
  • Prix : 24,01 €

Jean Prévost le multiple

multipleNous avons le plaisir de vous annoncer la parution de Jean Prévost le multiple aux Presses Universitaires de Rennes sous la direction d’Emanuel Bluteau et François Ouellet.

Table des matières

  • Les auteurs
  • Avant-propos par Emmanuel Bluteau et François Ouellet
  • « Les romans, ça sert à chercher l’avenir » (Merlin) – Sur les romans de Jean Prévost par Hélène Baty-Delalande
  • Jean Prévost par lui-même par François Ouellet
  • Le personnage de journaliste dans l’œuvre de Jean Prévost par Emmanuel Bluteau
  • Jean Prévost, critique de cinéma aux Nouvelles littéraires par Karine Abadie
  • Jean Prévost à Europe (1926-1934) La Raison contre la Foi par Bruno Curatolo
  • Jean Prévost à la Maison des amis des livres par Sophie Robert
  • Jean Prévost et Ramon Fernandez : l’amitié est un humanisme par Mireille Brangé
  • Jean Prévost, essayiste et romancier : une poétique de la force par Jean-Luc Martinet
  • L’imaginaire usonien de Jean Prévost par Alexis Buffet
  • Bibliographie

En toute mauvaise foi – sur un paradoxe littéraire

decout_mauvaise_foiNous avons le plaisir de vous annoncer la parution de En toute mauvaise foi – sur un paradoxe littéraire de Maxime Decout.

Paris : Les Éditions de Minuit, coll. « Paradoxes », 2015, 192 p.
Prix : 19EUR
EAN ; 9782707328571
Présentation de l’éditeur : Dire toute la vérité et rien que la vérité. Vivre dans la transparence et la franchise. Ces préceptes, les chantres du vrai ont voulu les appliquer de force à ce que tout nous désigne comme une forme retorse du mensonge : la littérature. Quelle est la légitimité de cette posture ? N’est-on pas amené à la suspecter, à en reconnaître la fragilité et les impasses ? Car, examinant l’inlassable guerre qui a opposé les tenants de la sincérité (Rousseau, Leiris, Sartre) à leurs détracteurs (Molière, Laclos, Dostoïevski, Gary, Perec), on aperçoit se profiler une autre définition de ce qu’est la littérature.
En toute mauvaise foi : ne serait-ce donc pas ainsi que les œuvres se présentent à nous et se jouent de nous ? C’est-à-dire en s’inscrivant dans une structure qui n’est ni le mensonge ni la vérité, mais leur mélange incertain. Qui affirme en niant et qui dément en proclamant. Sommes-nous pourtant prêts à accepter que tout discours échappe à ce qu’il est tout en continuant de l’être, à admettre que la littérature ne produise qu’une vérité, parfois contradictoire, et non la vérité ?
Percevoir la manière dont l’œuvre pose la mauvaise foi, la suscite et la défie, c’est approcher ce qui constitue sa matière même, tant le moteur de ses intrigues que sa métaphysique implicite ou explicite. Mais c’est aussi repenser son rapport au lecteur, au réel et au savoir. Car il y a un paradoxe commun au menteur et au sincère que seule la mauvaise foi permet de décrire en s’arrachant à nos routines intellectuelles.
Vous pouvez lire les premières pages du livre.

Europe n°1038 octobre 2015: « Patrick Modiano »

europeNous avons le plaisir de vous annoncer la parution de Europe n°1038 octobre 2015: « Patrick Modiano ».

Sommaire:
PATRICK MODIANO
  • Maxime DECOUT : Les intermittences du monde selon Patrick Modiano.
  • Pierre FAVRE : Tel un témoin non attendu.
  • Claude BURGELIN : Proust lecteur de Modiano.
*
  • Nelly WOLF : L’étoile de Modiano.
  • Stéphane CHAUDIER : « J’étais un vrai jeune homme ».
  • Régine ROBIN : Avis de recherche : Patrick Modiano.
  • Dominique RABATÉ : Abandon d’enquête.
  • Bruno BLANCKEMAN : La maladie de l’enfance.
  • Laurent DOUZOU : « Mais vous êtes un véritable Bottin, mon cher. »
  • Tiphaine SAMOYAULT : La mémoire est dans les seuils.
  • Bruno CHAOUAT : Modiano à l’ère du numérique.
  • Claude BURGELIN : « Elles sont tout près, les Buttes-Chaumont ».
  • Maxime DECOUT : Modiano et le Juif de peu.
  • Claude BURGELIN : Patronyme Modiano / Pseudonyme Modiano.
  • Henry ROUSSO : Pourquoi nous ne sommes pas seulement du « présent ».
*
  • Philippe ARTIÈRES : Du néon au carnet d’adresses.
  • Michael SHERINGHAM : L’Angleterre dans Une Jeunesse.
  • Christelle REGGIANI : Politique du style : l’exemple de Modiano.
  • Laurent DEMANZE : Patrick Modiano : portrait de l’artiste en dogue mélancolique.
  • François SOUVAY : Le ciné-roman familial de Modiano.
  • Jacques LECARME : Coups de foudre pour Le Coup de lune. Simenon,
  • Robbe-Grillet, Modiano.
  • Catherine DOUZOU : Théâtre Modiano. Chute et rebond d’un enfant de la balle.
  • Anne ROCHE : Albums pour la jeunesse (perdue).

Thomas Corneille : Théâtre complet, tome I

corneilleNous avons le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage Thomas Corneille : Théâtre complet, tome I.

Thomas Corneille, Théâtre complet, tome I, Édition de Liliane Picciola, Catherine Dumas et Montserrat Serrano Mañes, sous la direction de Christopher Gossip, Paris, Classiques Garnier, 2015.

Fiche d’information

Alexandre le Grand à la lumière des manuscrits et des premiers imprimés en Europe (XIIe-XVIe siècle)

publication_alexandreNous avons le plaisir de vous annoncer la parution de l’ouvrage de l’équipe ANR sur Alexandre le Grand et sa réception chez Brepols:

Alexandre le Grand à la lumière des manuscrits et des premiers imprimés en Europe (XIIe-XVIe siècle), dir. Catherine Gaullier-Bougassas, Brepols publishers, Turnhout, 2015 (collection « Alexander redivivus », 7).

Fiche d’information